La règle des tiers

La règle des tiers, les règles de composition en photographie : voilà une discussion récurrente pour tous les photographes.

 

Faut-il les appliquer ? Une règles n’est elle là que pour être outrepassée ? Existe-t-il des règles naturelles, culturelles… ?

 

Certes une photo bien structurée, comme tout document graphique, sera certainement plus facile à aborder.

 

Mais curieusement peu de gens s’intéressent aux photographes ayant produit une œuvre sans ces règles de composition et de cadrage classiques, les « anti Cartier-Bresson » d’une certaine façon.

 

Le photographe Saul Leiter en est un exemple remarquable. Composition peu classique mais pourtant très étudiée. Il était également peintre.

Je ne détaille pas tous les procédés employés : format vertical très fréquent, jeu sur la perspective, jeu sur la couleur, la lumière… C’est une œuvre à analyser attentivement. Très spontanée en apparence mais subtile.

Les bonnes images ont souvent un équilibre/déséquilibre, une composition particulière qui participe à leur intérêt. Les règles ne sont pas toujours évidentes. Cela peut être pensé ou non, pris à la volée ou composé volontairement.

 

Prendre une photo c’est donner à voir un bout de réalité. Il y a une intention d’échange avec un spectateur. C’est donc un peu comme un langage. On va plus loin en parlant une langue plutôt qu’en parlant avec les mains. On ne peut se passer de la composition, quelques en soient les règles.