Trouver sa distance

Trouver la distance juste face à ce qu’on photographie, la distance qui va entrer en résonance avec ce que l’on veut montrer.

 En pratique c’est trouver la focale, l’angle de champs qui correspond à son regard . C’est savoir se situer face à ce qu’on photographie. Être ni trop près, ni trop loin de son sujet selon son intention. Non pas trouver le bon angle mais trouver l’angle significatif.

Cela se ressent, cela ne s’apprend pas.

L’utilisation d’un zoom va à l’encontre de cette recherche, en empêchant, par facilité, le déplacement physique du photographe devant son sujet. Il ne cherche pas ainsi le bon point de vue,le bonne distance.

Lorsque cela fonctionne on ressent une certaine facilité et un certain plaisir à photographier.

Le choix d’une distance particulière correspondant à un sujet doit faire partie d’un protocole mis en place avant les prises de vues

Il détermine la place que l’on va donner à l’environnement du sujet photographié, le champs photographique que l’on veut montrer.

Chaque photographe a sa distance favorite. Chaque projet a sa distance.

 

Le photographe Raymond Depardon parle de l’importance de la distance dans son livre Errance

"... Le problème de la distance est un thème récurrent chez moi. Je n’aime pas être trop près, ni trop loin. Je n’ai jamais trouvé le bonne distance. Il y a une distance propre à chaque sujet que je fais ."

 

HCB utilisait exclusivement le 50mm avec son Leica. Cela lui a permis de travailler la composition, élément essentiel de ses photos, plus facilement que s’il avait utilisé un grand angle ou un télé-objetif, me semble-t-il.

 

Le photographe portraitiste Richard Avedon faisait des portraits, à la chambre, très rapprochés, très serrés, jusqu’au très gros plan sur le visage. Il voulait ses portraits « sans concession ».

 

William klein, au grand angle, se plonge au cœur de son sujet.