Registre de la description/ Registre de la perception

Voici deux registres ou catégories photographiques qui s'opposent ou se mélangent en proportion variable dans nos images. Ils y sont toujours présents et caractérisent l'intention du photographe.

 

Le registre de la description :

 

La photo est prise pour décrire, pour montrer, pour documenter. La photo est la reproduction du monde. C'est l'aspect des choses, la forme, les détails qui sont porteur de sens. C’et une photo plutôt « objective.

En pratique :

Importance du cadre, de la composition, du graphisme. La lumière sera plutôt neutre, discrète, diffuse, mettant en valeur le ton local du sujet, sans artifice.

On cherche une bonne lisibilité.

 

 

Le registre de la perception ou de l'évocation

 

La photo nous fait partager une sensation, une perception plus qu'elle ne montre. Ce que l'on voit sur l'image est une ambiance, une atmosphère, une impression… C’est une photo « subjective ». Cela peut aller jusqu’à l’évocation, registre ultime où l’évocation porte la charge de ce qu’on ne voit pas.

En pratique :

Mise en valeur d'indices

La lumière joue un rôle qui oriente, souligne la lecture. C’est typiquement le clair-obscur, une lumière dirigée.

 

Je pense qu'il est utile de faire attention au registre que l'on choisit à la prise de vue. Il en découle des choix techniques et graphiques particuliers. Un choix clair du registre dans lequel on se situe favorisera une bonne lecture, une meilleure compréhension de l'image par le spectateur.